Pierre Kunda Musopelo

Au cours d’un entretien avec RAID, Pierre Kunda, ancien chef de la police, a décrit son arrestation, son emprisonnement et les tortures subies:

« Lorsque le chef des rebelles, Kazadi* et ses hommes sont arrivés la nuit du 14 octobre 2004, j’ai demandé à tous mes officiers de police de venir sur place pour protéger la ville. J’ai tenté de contacter le Haut Commandement de l’Armée mais j’ai été frappé par quatre rebelles qui ont pris mon arme. Ils m’ont ensuite amené devant Kazadi, qui m’a annoncé que j’allais devoir comparaître devant un tribunal populaire le lendemain. Si les habitants de la région m’accusaient d’avoir commis des « tracasseries » (corruption, harcèlement, etc.), j’aurais des ennuis.

Kazadi est ensuite parti en direction du port pour essayer de trouver une radio : il voulait contacter Anvil. [Anvil a confirmé que des communications avaient bien eu lieu entre le personnel de sécurité de l’entreprise et le chef des rebelles à Kilwa le 14 octobre 2004]. En chemin vers le port, j’ai réussi à m’échapper et à me cacher. Puis, avec 13 autres officiers de police, nous avons fui la ville. Je suis parvenu jusqu’au village de Mukupa et je m’y suis réfugié. Mais j’ai ensuite été retrouvé par le colonel Ademar qui avait envoyé ses troupes pour rappeler la population dispersée et la ramener dans des camions d’Anvil. Les autres policiers et moi-même avons dû rentrer à Kilwa.

Lorsque je suis arrivé à Kilwa, j’ai été arrêté et battu. Ademar m’a accusé d’avoir rejoint les rebelles et a déclaré : « Ton sort est scellé, tu seras exécuté ». On m’a ensuite enfermé dans une petite pièce avec une cinquantaine d’autres personnes. Nous étions tellement à l’étroit que personne ne pouvait ni bouger ni s’asseoir. La cellule ne pouvait contenir que dix personnes. Il faisait très chaud et nous ne pouvions pas respirer – quatre personnes sont mortes».**

L’Administrateur territorial a confirmé que le colonel Ademar avait infligé de très graves tortures à Pierre Kunda Musopelo. Ce dernier a ensuite été amené par avion à Lubumbashi où il a été maintenu dans le secret au quartier général de la 6ème région militaire pendant un mois de plus tandis que les tortures et les mauvais traitements se poursuivaient. Il a par la suite été transféré à la prison de Kazapa à l’extérieur de Lubumbashi. Il a été jugé par un tribunal militaire pour trahison mais a été acquitté en avril 2005 et relâché. Pierre Kunda Musopelo ne s’est jamais rétabli et est décédé en novembre 2009.

*Alain Kazadi Mukulay, le chef des rebelles du MRLK, était un pêcheur originaire de Pweto. Le 15 octobre, il a été blessé par des soldats et emmené à l’hôpital de Kilwa. Selon des témoins, ses blessures ne mettaient pas sa vie en danger. Il a été transféré au quartier général de la 6ème Région militaire à Lubumbashi où il a soit-disant succombé à ses blessures.

**Entretien de RAID avec Pierre Kunda Musopelo.

Numéro d’organisme de charité 86575 9088 RR0001
Droit d’auteur 2018 pour tous les matériaux du Centre Canadien pour la Justice Internationale