Amanda Ghahremani, Directrice juridique

Amanda est la Directrice juridique du CCJI.

Elle a obtenu son diplôme en common law et en droit civil de l’Université McGill, une maîtrise en études de la paix et des conflits de l’Université de Sydney et un baccalauréat en études européennes de l’Université de Californie à Los Angeles (UCLA).

Avant de travailler pour le CCJI, elle a travaillé pour différents cabinets d’avocats et pour des organisations internationales de défense des droits humains qui se consacrent à la justice internationale et à la réconciliation post-conflit. Elle a également fait du bénévolat auprès d’organisations communautaires dédiées aux droits des femmes et des réfugiés. En 2017 et 2018, Amanda a été nommée parmi les 25 avocats les plus influents par le Canadian Lawyer Magazine pour son travail dans le domaine des droits de la personne, en particulier pour son succès et travail juridique, diplomatique et de plaidoyer dans l’affaire de la professeure Homa Hoodfar, une prisonnière politique qui était détenue en Iran.

À titre de Directrice juridique, Amanda dirige et assure la gestion des affaires judiciaires et des projets de sensibilisation du CCJI afin de soutenir les victimes d’atrocités qui souhaitent obtenir réparation et traduire les responsables en justice. Elle est également co-chercheuse au sein d’une subvevntion pour un partenariat canadien du Conseil de recherches en sciences humaines intitulé « Renforcer la justice pour les crimes internationaux – Un partenariat canadien ». Dans ce rôle, elle participe au renforcement de la collaboration entre les organisations de la société civile, les universitaires et les autorités nationales chargées des poursuites dans le cadre d’initiatives en matière de justice internationale et d’imputabilité.

matt-headshot-best

Matt Eisenbrandt, Conseiller spécial

M. Eisenbrandt se concentre principalement sur le traitement des dossiers du CCJI. Avant de se joindre à l’équipe du CCJI, M. Eisenbrandt occupa le poste de Directeur juridique du Center for Justice & Accountability (CJA), un organisme sans but lucratif dont le siège est aux États-Unis et dont la mission est de prévenir la torture et d’autres violations des droits de l’Homme en aidant les survivants à poursuivre en justice les responsables des crimes.

Pendant plus de cinq ans, il fut l’avocat en chef de l’organisme lors de plusieurs procès fédéraux, incluant celui d’un ex-capitaine des forces aériennes pour son rôle dans l’assassinat de l’archevêque du San Salvador, Oscar Romero. Matt est l’auteur de Assassination of a Saint, un livre sur le meurtre de l’archevêque Romero et l’enquête de CJA sur les tueurs de Romero.

M. Eisenbrandt rédige présentement un livre qui porte sur l’assassinat de Romero et l’enquête qui s’y rattache. Il a obtenu son J.D. de la Faculté de droit de l’Université de Virginie en 2001, et son B.A. en études de l’Amérique latine et d’histoire de l’Université de l’Illinois à Urbana-Champaign en 1997.

Isabelle Jacovella Rémillard, Chargée de projet

Isabelle est chargée de projet au CCJI.

Elle détient un baccalauréat en études des conflits et droits humains de l’Université d’Ottawa et un double baccalauréat en droit civil et common law de l’Université McGill. Elle détient également un certificat professionnel en assistance humanitaire du McGill Humanitarian Studies Initiative. Avant de se joindre au CCJI, elle a travaillé en droit de l’immigration et des réfugiés, en tant que coordonnatrice de la Chaire Oppenheimer en droit international public où elle a travaillé auprès du Rapporteur spécial des Nations Unies pour les droits de l’Homme des migrants, et à Solidarity across borders où elle assistait des demandeurs d’asile.

En tant que chargée de projet sur l’Engagement communautaire pour la justice internationale, Isabelle coordonne la mise en œuvre de ce projet, incluant la création de nouveaux médias mettant de l’avant les clients du CCJI et leurs diverses initiatives d’accès à la justice. Dans le cadre de ce projet, elle est également responsable de la coordination du rayonnement numérique du CCJI et de l’organisation d’ateliers de formation juridique auprès des communautés concernées.

Les stagiaires en droit et les collaborateurs

Le CCJI accueille aussi des stagiaires en droit. Les nouveaux diplômés en droit doivent effectuer un stage rémunéré de 10 mois avant d’être formellement admis comme avocat. Une subvention spéciale de la Fondation du droit de l’Ontario nous permet de financer des postes de stagiaire jusqu’en 2019.

Marilynn Rubayika, Stagiaire en droit, Bourse d’études sur les questions d’intérêt public de la Fondation du droit de l’Ontario

Marilynn Rubayika est stagiaire en droit et titulaire de la bourse d’études sur les questions d’intérêt public au CCJI pour l’année 2018-2019.

Elle a obtenu un diplôme de Juris Doctor et une licence en droit civil de l’Université d’Ottawa en 2017. Auparavant, elle a complété des stages juridiques auprès du département de droit international humanitaire de la Croix-Rouge canadienne et de la Section des crimes contre l’humanité et des crimes de guerre du ministère de la Justice du Canada. Elle a également été bénévole auprès de l’Institut Philippe Kirsch et d’Avocats sans frontières Canada.

En tant que stagiaire en droit au CCJI, Marilynn assiste la Directrice juridique dans la recherche reliée à certains dossiers et enquêtes afin d’appuyer les survivants et survivantes de crimes d’atrocités et leurs proches dans leur quête de justice. Elle participe également aux activités de formation et d’accès à la justice de l’organisme.

Les stagiaires

Les stagiaires relayent le travail effectué par les principaux collaborateurs du CCJI grâce à leur travail à temps partiel et de leur travail bénévole. Ils participent à la conduite de ses dossiers, l’analyse des projets, la comptabilité, le développement Web et le développement de base de données. Ils sont supervisés par des membres du CCJI et ils acquièrent une expérience professionnelle inestimable.

Les bénévoles

Au cœur de l’équipe du CCJI, on trouve les professionnels bénévoles qui consacrent leur temps et leurs compétences à faire avancer la justice internationale.